Browsers : la cuvée 2016 et un nouveau cépage, Edge

En 1998, lors du Comdex Fall de Las Vegas, Microsoft avait annoncé IE (Internet Explorer), à un moment où Netscape dominait le marché mondial avec plus de 90 % de parts.

Caractéristique de cet IE : il était intégré au noyau du nouvel arrivant Windows 98, de sorte qu’on ne pouvait que l’activer ou le désactiver, mais pas le désinstaller.

Ce fut le coup de grâce pour Netscape, qui ne s’en est jamais remis. Au point d’être racheté quelque temps après par AOL, qui lui-même, etc., etc.…

Et depuis cette date, cahin caha, plus caha que cahin d’ailleurs, IE est resté le browser de Microsoft, avec de bons côtés et des innovations intéressantes, telles que le mode Ajax et l’objet XMLHTTPRequest, mais aussi beaucoup de problèmes, les utilisateurs lui reprochant essentiellement de ne pas être conforme à ce que DOIT être un browser, modèle qui n’est pas décidé par Microsoft, mais par le W3C, organisme de référence pour tout ce qui touche à HTML et XML.

D’où des comportements curieux sur certains sites Internet, pour ne pas dire totalement erratiques. Au grand agacement des développeurs qui lui ont souvent préféré les nouveaux venus, Chrome et Firefox.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion