Dématérialisation : l’obstacle de la preuve électronique

La dématérialisation n’est pas un franc succès. Les fournisseurs ont beau affirmer que l’avenir lui appartient, ce qui est vrai pour une partie du processus, elle a du mal à se traduire dans les faits. L’une des raisons de ce pseudo-échec tient à ce qu’il reste difficile d’apporter la preuve de « bonne foi » lors des transactions numérisées. Globalement on parle de 5 à 30 % des processus dématérialisés selon les pays…et l’on continue à détruire les forêts…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion