La terrible illusion de Facebook : un réquisitoire à charge

Sous des apparences conviviales, Facebook et son milliard et demi d’accros, est peut-être à l’origine d’une dérive « virtuelle » sans précédent, susceptible de transformer des êtres pensants et réfléchis, en zombies proches du légume.

Vous avez-dit exagéré, pas si sûr…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion