Les logiciels de gestion financière des petites entreprises

Une récente statistique canadienne (Québec) mettait l’accent sur l’augmentation inquiétante du nombre de faillites des entreprises de moins de 10 personnes et sur le fait que parmi celles qui « mettaient la clé sous la porte », dans 71 % des cas c’était pour des questions de mauvaise gestion financière.

Une statistique qui heureusement se réduit fortement en fonction de l’importance de la compagnie, car au-dessus d’un seuil que l’on peut donc estimer à 10 personnes, soit elles font appel à des cabinets et consultants spécialisés, soit disposent en interne d’une mini-équipe dédiée à la gestion financière et s’avèrent de ce fait, plus efficaces.

C’est vraiment pour les petites structures que se pose le problème, compte tenu du fait que les responsables de ces entités, non seulement n’ont pas toujours les compétences financières nécessaires, mais surtout n’en ont pas la fibre.

Comme pour le TI, ils se méfient des comptables et financiers en tous genres, qui « leur font perdre du temps », qui ont un vocabulaire incompréhensible des êtres humains normaux et compliquent tout par plaisir, alors que d’après eux, la seule vérité c’est le montant courant du compte en banque, les dettes et salaires à payer et les effets à recevoir.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion