Des trois piliers du codage Web : HTML, JavaScript, CSS et hors frameworks complémentaires, ce sont les feuilles de style qui sont les plus difficiles à apprivoiser. On dispose certes d’un cadre précis pour les écrire, mais dès que l’on sort des applications courantes, on se rend compte qu’il n’est pas suffisant et surtout que l’on ne peut pas capitaliser et réutiliser ce qui a déjà été produit. D’où l’intérêt de ces préprocesseurs CSS, pour coder les feuilles de styles, avec un véritable langage. Si vous êtes concernés par la partie cliente HTML des applications, vous risquez d’être concernés…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion