Le droit à l'oubli sur Internet et la métaphore de l'eau

Internet est à la fois fascinant par tout ce qu’il nous permet de faire et en même temps insupportable, par les dérives qu’il entraîne. Il en est une qui est particulièrement agaçante : l’impossibilité de mettre un terme et d’effacer tout ce qui a trait à une personne, une entreprise ou une communauté.

C’est le fameux droit à l’oubli, dont une commissaire européenne, la luxembourgeoise Viviane Reding, s’est fait l’égérie.

Le problème est que malgré les rodomontades des politiques de tous bords, ce droit à l’oubli est quasiment impossible à obtenir. Autrement qu’en demandant (à qui ?) l’extradition, puis en procédant à la condamnation de tous les responsables des sites Internet de la planète qui véhiculent ces (fausses) informations.

Ça ferait du monde dans les prisons et ça nous occuperait pour pas mal de temps.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion