Après l’impression 3D, la 4D évidemment…

En 2016, l’une des stars technologiques aura été l’impression 3D, ce processus qui permet de fabriquer de manière autonome des objets en 3D, sans passer par les moulages longs et coûteux. Mais cette technologie est à peine entrée dans les ateliers et TI, que déjà pointe à l’horizon, l’une de ses dérivées, que l’on a sans doute un peu trop hâtivement appelée « impression 4D ».

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion