Avec Azure Stack, Microsoft institutionnalise une offre de Cloud hybride qui s’oppose à OpenStack, celle du monde Open Source. Même si Microsoft a de bonnes raisons pour procéder de la sorte, on peut se poser des questions sur son opportunité, dans un contexte de Cloud qui ne pourra pas vivre sans transversalité, ni disparition des frontières logiques. C’est très simple : ou tous les systèmes communiquent grâce à une pile de standards universels ou bien le Cloud se réduira à un simple hébergement. Sans grand intérêt.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion