« Deep fakes » : attention, ce n’est qu’un début

Avec la montée en puissance des ressources machines, processeurs graphiques, réseaux, etc, de nouvelles applications voient le jour, que l’on n’aurait pas pu imaginer avant. Parmi celles-ci le « deep fake » fait figure d’épouvantail, qui remet en cause la confiance que l’on peut accorder à tout ce qui est vidéo. Une bien mauvaise nouvelle.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion

Les critères sont évalués de 1 à 5

Marché
Présence réelle sur le marché.
Usage
Intérêt potentiel, hors considérations commerciales
Standards
Niveau de standardisation du sujet
Coût
Intérêt potentiel, hors considérations commerciales
Futur
Niveau de crédibilité prévisible
Maturité
Niveau de maturité atteint actuellement