Développer après 50 ans

Dans tous les pays, la date fatale où chaque individu est censé devenir sénile, pardon partir en retraite, baisse régulièrement. L’informatique n’échappe pas à la règle, les développeurs entre autres, qui ont du mal à trouver leur place au-delà de cette limite. Premier dossier d’une série consacrée au mal-être (et bien-être) des membres du TI, nous nous focalisons cette-fois sur ce curieux personnage, qui à 50 ans, continue de trouver amusant de coder en java…

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion