Les bases de données natives dans le Cloud : le mode DBaaS

Les bases de données seront les plus réfractaires à la migration dans le Cloud, car elles touchent au patrimoine de l’entreprise. Autant installer une nouvelle application fait partie du cours normal de la vie du TI, autant un changement structurel et d’hébergement concernant les données est perçu avec beaucoup de méfiance, voire de réticences.

La question est pourtant posée aujourd’hui. Faut-il continuer à fonctionner avec des versions individuelles de bases de données, en local ou en IaaS dans le Cloud, ou peut-on commencer à s’intéresser aux bases SaaS, des services partiellement partagés entre plusieurs entités et gérés par le prestataire.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion