Les moteurs de recherche deviennent enfin des moteurs de réponses

Les moteurs de recherche dits « full text » sont basés (depuis le premier moteur de Peter Eddison et Peter Reid en 1983) sur la recherche d’occurrences de chaînes de caractères, aussi bien sur les serveurs Web d’Internet que dans les fichiers des entreprises. Ce modèle est fortement contesté, car l’important n’est pas de faire des recherches, mais d’obtenir des réponses. Alors plutôt que de retourner, comme le fait Google sur Internet, 1 million d’occurrences, que personne ne lira jamais, puisque moins de 1 % des « interrogateurs » lisent les contenus au-delà de la première page, il vaut mieux n’en obtenir que 10 ou 50, mais que celles-ci correspondent réellement à ce qu’ils attendent. C’est là tout l’enjeu de ces prochaines années où la recherche rapprochera les profils des usagers, dûment enregistrés dans des fichiers témoins (cookies), avec des « ontologies », qui décriront les univers dans lesquels elle évoluera.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Connexion